Lisez la traduction de cet article plus bas...

Bargue Encore : La renaissance d’une tradition académique
Par Peter Trippi

Un portfolio noir de Bargue Encore contenant 5 planches.

Pour quiconque s’intéresse à l’enseignement traditionnel de l’art, à la culture du XIXe siècle, ou même simplement à la superbe gravure, l’année 2021 revêt désormais une importance historique et pédagogique. Après des décennies de recherche et de planification, le projet Bargue Encore a été lancé avec la publication de dix lithographies exquises qui reproduisent dix des planches du légendaire Cours de Dessin de Charles Bargue. Les visionnaires qui ont mené à bien ce projet sont Daniel Graves, directeur et fondateur de l’Académie d’art de Florence en Italie, et Pierre Alloueteau, directeur et fondateur de Signus Publishing dans le sud-ouest de la Suisse.

Contextes historiques

Tout d’abord, un rappel essentiel du contexte. La version originale du Cours de dessin de Bargue se composait de 197 planches à feuillets mobiles (estampes) publiées en trois phases entre 1868 et 1871. Chaque planche lithographique mesurait environ 24 x 18 pouces, et presque toutes ont été réalisées par le Français Charles Bargue, né au milieu des années 1820 et mort en 1883. L’attribution sur les pages de titre de la première et de la deuxième partie du cours est significative : traduite en anglais, elle se lit Drawing Course by Charles Bargue, with the Aid of Jean-Léon Gérôme, Member of the Institute, Professor at the School of Fine Arts of Paris, etc. (Cours de dessin de Charles Bargue, avec la contribution de Jean-Léon Gérôme, membre de l’Institut, Professeur à l’Ecole de Beaux Arts de Paris, etc)

Lorsque ce projet a été initié vers 1864-65, Bargue était un lithographe d’âge moyen relativement inconnu qui travaillait pour Adolphe Goupil (1806-1893), un marchand et éditeur parisien d’estampes reproductibles qui connaissait un grand succès. Goupil a conçu et publié ce projet en réponse à l’inquiétude croissante que suscitait en France la mauvaise qualité du dessin chez les étudiants en design et en arts décoratifs et, dans une moindre mesure, chez les étudiants en beaux-arts. Le gendre de Goupil était le célèbre peintre académique et professeur Jean-Léon Gérôme (1824-1904), qui a prêté son nom prestigieux au projet.

Les manuels de dessin n’avaient rien de nouveau à l’époque, mais ce programme a été de loin le plus réussi dans le domaine de la formation des jeunes artistes et des designers, grâce notamment au rayonnement mondial de Goupil, par le biais de partenaires de distribution tels que la galerie new-yorkaise M. Knoedler. Il y a un siècle, vous auriez tout aussi bien pu trouver un portofolio des planches de Bargue dans les écoles d’art de San Francisco et de Cincinnati qu’à Paris et à Glasgow. Si vos arrière-grands-parents ont étudié l’art, ils l’ont sûrement travaillé avec ces planches.

Le Cours de dessin de Bargue est une introduction pratique au dessin de figure qui entraîne efficacement le regard de ses utilisateurs, qui copient ses 197 modèles au fusain sur papier. Ceux-ci sont classés, plus ou moins, du plus facile à copier au plus difficile, et sont divisés en trois parties. Aucune instruction n’était fournie, car on supposait que les maîtres d’atelier sauraient déjà comment enseigner avec les planches. Publiée en 1868, la première partie contient 70 planches, allant des parties du corps aux figures complètes, tant masculines que féminines. La plupart des planches représentent des moulages de sculptures antiques, mais on y trouve aussi des détails de sculptures de Michel-Ange, de Pierre Puget et d’autres maîtres connus.

C’est Gérôme qui a indiqué à Bargue les sculptures à dessiner. La plupart des planches contiennent deux images : un dessin fini du moulage et un contour de celui-ci, formé de points, de lignes et d’angles qui aident les élèves à voir le sujet dans l’abstrait, et qui le rendent aussi plus facile à mesurer. Bargue donne des indications sur la manière de gérer les formes essentielles en construisant le contour à partir de points sur les caractéristiques principales, puis en les reliant par des lignes droites qui sont plus faciles à mesurer que les courbes. Il s’appuie également sur la lumière rasante pour souligner la qualité sculpturale du sujet par une progression des lumières vers les ombres.

La deuxième partie du cours est publiée en 1870 et contient 67 planches de dessins de maîtres de la Renaissance et du XIXe siècle. Là encore, c’est Gérôme qui choisit les dessins, parmi lesquels figurent des images de Michel-Ange, Raphaël, Holbein, Flandrin, Bonnat et Bouguereau, entre autres.

La troisième et dernière partie du cours était destinée aux académies des beaux-arts, où les étudiants devaient maîtriser les leçons des trois parties avant d’être autorisés à dessiner d’après le modèle vivant. Elle fut publiée en 1871, date à laquelle Gérôme avait cédé le contrôle artistique du projet à Bargue, d’une part parce que ce dernier s’était montré très compétent, et d’autre part parce que Gérôme assistait à la guerre franco-prussienne à Londres. La troisième partie contient 60 dessins académiques, ou dessins de modèles masculins nus ou semi-nus, représentés uniquement en pied. La plupart sont des contours, sans ombres ni arrière-plan, ce qui permet aux élèves de mesurer plus facilement.

Comme tant d’autres aspects d’une formation académique rigoureuse, le Cours de dessin de Bargue a progressivement disparu des écoles d’art du monde entier lorsque le modernisme est devenu à la mode dans le deuxième quart du XXe siècle. En 1945, la plupart des planches avaient été mises au rebut ou oubliées, en partie parce qu’elles étaient devenues des objets d’art.

Redécouverte

Au début des années 1970, l’artiste Daniel Graves (né en 1949), né et formé aux États-Unis, a entendu parler pour la première fois des maîtres académiques français de la fin du XIXe siècle, tels que Gérôme et Bouguereau, en lisant le livre révolutionnaire de R.H. Ives Gammell, The Twilight of Painting, publié pour la première fois en 1946 et réimprimé plusieurs fois par la suite. Comme les planches de la Bargue, ces artistes autrefois populaires avaient été oubliés, et Graves a commencé à faire des recherches sur eux. Au milieu des années 70, il est tombé sur plusieurs dessins originaux de Bargue (un superbe dessinateur et peintre à part entière) à la Shepherd Gallery de New York, qui est encore aujourd’hui un rare champion de l’art académique. Même à l’époque, Graves trouvait les feuilles trop chères pour son budget, mais il a été intrigué lorsque Robert Kashey, propriétaire de la galerie Shepherd, a décrit le cours de dessin autrefois célèbre que Bargue avait développé avec Gérôme.

Quelques années plus tard, alors qu’il s’était installé en Italie, Graves a trouvé et acheté une des lithographies du cours de dessin de Bargue au marché branché de Portobello à Londres. “En 1983-84, il a finalement obtenu du Victoria and Albert Museum (V&A) de Londres l’autorisation de photographier lui-même sa collection de lithographies de Bargue. L’impression des clichés obtenus étant coûteuse, Graves s’est arrangé avec un laboratoire florentin pour échanger une de ses peintures contre l’impression des photos. Hélas, lorsqu’il est revenu les chercher, le magasin avait perdu ses négatifs. Heureusement, la couverture d’assurance du magasin a permis à Graves de financer son prochain voyage à Londres et le coût d’une nouvelle pellicule. “Cette fois, dit-il en riant, j’ai photographié les trois volumes et le magasin florentin les a imprimés sans rien perdre”.

La même année (1984), l’historien de l’art et expert en Gėrôme basé en Californie, Gerald Ackerman (1928-2016), étudiait temporairement dans l’atelier florentin que Graves dirigeait alors avec l’artiste Charles Cecil. Graves a suggéré à Ackerman une réimpression du Cours de dessin de Bargue, illustré de planches à leur taille originale et d’explications sur la façon dont chacune d’elles contribue à l’apprentissage de l’élève. De retour en Amérique, Ackerman apprend que son éditeur n’est pas intéressé, il dit donc à Graves qu’il devrait publier lui-même. Hélas, Graves n’a pas trouvé d’éditeur non plus, mais il a continué à utiliser ses propres photos pour enseigner aux élèves, frustré seulement par le fait que leur qualité et leur échelle n’étaient tout simplement pas à la hauteur de celles des originaux.

En 2003, Graves a été surpris d’apprendre qu’Ackerman avait publié un livre d’enseignement illustrant toutes les planches, bien qu’à une échelle réduite. Bien qu’il n’ait pas invité Graves à y participer, Ackerman l’a remercié dans les remerciements. (Dans un souci de transparence, je dirigeais alors le Dahesh Museum of Art de New York, qui a co-publié ce volume avec les Éditions ACR en France).

Une âme sœur

Avance rapide jusqu’en 2018, lorsque Pierre Alloueteau (né en 1956) arrive à l’Académie d’art de Florence de Graves pour en apprendre davantage sur le dessin à partir des plaques de la Bargue. Artiste suisse dont les parents éditeurs avaient autrefois supervisé 750 employés dans leur propre imprimerie en France, Allouteau s’est avéré être l’allié idéal pour poursuivre la vision de Bargue, car il en avait rêvé, lui aussi. Bien avant, sa famille avait publié des lithographies originales, éditées, créées par des artistes contemporains, et même un livre sur la lithographie elle-même. Peu après qu’Alloueteau ait commencé à réaliser ses propres lithographies originales sur une presse du XIXe siècle, la plupart des ateliers de lithographie d’Europe ont fermé, ce qui l’a poussé à se tourner vers la peinture à l’huile. Grâce notamment à son amitié avec l’animateur américain Dan Rowan (célèbre pour son émission Rowan & Martin’s Laugh-In), il a obtenu sa première exposition aux États-Unis, à Sarasota, en Floride.

Au milieu des années 90, Alloueteau a appris le codage informatique et produit le premier CD-ROM français consacré à l’enseignement de l’anglais comme langue étrangère. Aspirant à des projets plus artistiques, il finit par créer le premier cours de dessin en ligne en français, comprenant 63 unités illustrées qui équivalent à un livre de 2 200 pages.

Peu de temps après avoir lu le livre de Gerald Ackerman sur Bargue, Alloueteau a contacté le Musée Goupil de Bordeaux pour évoquer l’idée d’un CD-ROM proposant le cours de dessin de Bargue. Les musées français étant subventionnés par le gouvernement, le conservateur a immédiatement décliné l’opportunité, car il n’aiderait jamais une entreprise à but lucratif, même si les droits d’auteur de Bargue sont dans le domaine public. En 2006, le musée Dahesh a autorisé Alloueteau à photographier les plaques de Bargue qu’il possédait, et en 2015, il a finalement créé neuf vidéos sur la façon de dessiner à la manière de Bargue. Cependant, il n’était toujours pas sûr de comprendre la méthode de taille à vue utilisée pour copier les plaques, aussi a-t-il été heureux en 2016 de rencontrer Graves au Museu Europeu d’Art Modern (MEAM) de Barcelone alors qu’il lançait son concours annuel Figurativas et le Salon international de l’Art Renewal Center.

Deux ans plus tard, Alloueteau passe six semaines à l’Académie d’art de Florence pour travailler à partir d’une plaque de Bargue agrandie à partir du livre d’Ackerman. Autour d’un café, Graves et lui discutent de leur espoir commun de travailler à partir de reproductions en taille réelle, et bientôt, ils préparent le terrain pour réaliser ce rêve.

Après avoir reçu la bénédiction de l’héritier du professeur Ackerman, le couple entame des négociations lentes et complexes avec le V&A, le musée Goupil, le musée Dahesh et diverses collections privées, pour finalement obtenir l’autorisation formelle de réimprimer une vingtaine de planches.

À ce stade, Alloueteau a invité son amie Genta Plasari, une biologiste et artiste titulaire d’un doctorat qui avait excellé dans son cours Bargue en ligne, à se joindre au projet, et à eux deux, ces individus ont consacré plus de 6 500 heures depuis 2018. Plasari a apporté sa compréhension des questions techniques et scientifiques telles que la photolithographie et l’analyse des encres et des papiers, et Alloueteau a rapidement approché Patrick Pramil, un Français qui venait de conclure 44 ans d’exploitation d’une presse lithographique du XIXe siècle, dont très peu survivent. Il a rapidement repéré une annonce pour une presse usagée dans une région reculée du centre de la France, et Alloueteau et Plasari ont fait 750 miles en hiver pour la voir. Leur déception les incite à rechercher une presse historique plus proche de celle sur laquelle les plaques originales de Bargue ont été imprimées, et quelque temps plus tard, ils trouvent une presse appropriée à seulement six miles de la première qu’ils ont vue.

Conduisant à nouveau dans la neige, celle-ci (fabriquée par la société française Marinoni & Voirin) était idéale, mais il a fallu des mois pour fixer le prix de sa révision essentielle et organiser son transport de France en Suisse. (En illustration, une photo de la presse, qui pèse 7 ½ tonnes, en train d’être hissée sur un camion.
La presse historique Marinoni & Voirin du projet (7 ½ tonnes) a été hissée dans les airs pendant son voyage de France en Suisse.

Il n’est pas surprenant qu’Alloueteau vénère l’histoire souvent oubliée de l’imprimerie en Europe. Il savait que les plaques originales de Bargue avaient été imprimées par une grande entreprise parisienne, l’Imprimerie Lemercier & Cie, et il a retrouvé une image historique de sa principale salle d’impression, conçue par le célèbre ingénieur Gustave Eiffel. Comme cela ne suffisait pas, il a visité le bâtiment lui-même, qui abrite aujourd’hui un restaurant qui a conservé la verrière et les colonnes intérieures illustrées ici.

Victor Adam (1801-1866), Intérieur de l’imprimerie lithographique de Lemercier, vers 1846, lithographié sur papier par Charles Villemin (actif au XIXe siècle), image : 13 ¼ x 16 ¾ po, Metropolitan Museum of Art, New York, don de E. Weyhe, 1923.

Dans le centre de Paris, l’ancienne imprimerie Lemercier abrite désormais le restaurant Brasserie L’Alcazar.

Planche I-8 de Bargue Encore, Le pied de la Vénus des Médicis, marbre de la Galerie des Offices, Florence.

Assiette I-13 de Bargue Encore, Main de Voltaire, peut-être par Jean-Antoine Houdon (1741-1828)

Plaque I-63 de Bargue Encore, Torse du Belvédère, vue de face, marbre des Musées du Vatican, Rome, d’après un dessin de J.-J.-A. Lecomte du Noüy (1842-1923)

Un processus éprouvant

Après que M. Graves eut identifié les plaques de Bargue présentant le plus d’avantages pédagogiques, l’équipe a commencé à étudier les numérisations qui avaient été fournies par des musées et des collectionneurs privés. Nombre de ces plaques historiques comportent des annotations et des instructions techniques qui fascinent les historiens de l’imprimerie, mais qui sont source de distraction pour les étudiants en art. Sur son ordinateur, Plasari a donc commencé à “nettoyer” ces marques, et plus encore : pour chaque plaque, il lui a fallu trois jours pour éliminer les traces des imperfections du papier, ne conservant que le dessin exécuté par Bargue lui-même. Dans les zones de hachures, par exemple, elle a dû faire glisser son stylet entre chaque hachure pour faire disparaître la coloration du papier et les petites ombres de ses fibres. Pour les zones où le trait de Bargue avait été masqué, Plasari a dû deviner son intention et restaurer ce qu’elle osait. Même aujourd’hui, l’équipe hésite à décrire en détail le processus complexe qui a nécessité deux années de recherche et d’expérimentation des techniques d’impression historiques, sans parler de l’approvisionnement en pierres lithographiques avec le “bon grain” dans plusieurs pays européens.

Toujours aussi perfectionniste, Graves a cherché à obtenir des résultats impeccables avec la presse nouvellement restaurée. Lorsqu’elle a commencé à décevoir, Alloueteau et Plasari se sont demandé s’ils devaient se tourner vers les méthodes plus faciles de l’offset ou de la giclée ; ils ont même essayé de produire une plaque de Bargue sur une imprimante photographique sophistiquée. Dans tous les cas, les résultats étaient simplement acceptables, jamais beaux.
Gros plan d’une plaque du musée Goupil (à gauche) et de la plaque correspondante de Bargue Encore (à droite). Bargue a probablement dessiné sur du papier chinois fin reposant sur du papier vergé plus épais, ce qui explique pourquoi nous ne voyons les lignes de crête du papier vergé que dans les zones plus sombres.

Heureusement, Alloueteau a contacté Didier Petit, un vendeur français spécialisé dans le matériel d’impression, qui a remplacé une pièce essentielle à l’intérieur de la presse. Soudain, la qualité des tirages s’est améliorée et toute l’équipe s’est sentie prête à visiter le Musée Goupil pour comparer ses créations avec les originaux. La conservatrice de l’établissement a blêmi en voyant à quel point les différences paraissaient infinitésimales pour toute personne autre qu’un spécialiste du papier, mais elle savait aussi que son institution avait déjà donné son accord pour que les reproductions aient lieu.

Heureusement, les résultats sont là, et ils sont superlatifs. (J’ai examiné un portfolio de cinq planches.) Chacune a été inspectée par Graves et Alloueteau pour la précision du trait, la valeur et la coloration de l’encre et du papier. Les deux hommes ont signé la page de couverture du portfolio pour en garantir la qualité. Pour éviter toute contrefaçon, chaque plaque porte un hologramme avec un numéro unique ainsi qu’un timbre à pression à froid représentant un cheval. L’acheteur reçoit également un certificat pour chaque plaque, qu’il doit conserver séparément.
Le timbre à froid apposé sur chaque plaque Bargue Encore comme preuve d’authenticité.

Dès à présent, tout le monde (qu’il s’agisse de directeurs d’atelier ou de collectionneurs privés) peut se rendre sur le site Internet de Bargue Encore et acheter la quantité de nouvelles plaques qu’il souhaite. Les acheteurs reçoivent également un accès gratuit à deux cours en ligne, l’un présentant le programme de Bargue et l’autre la méthode des dimensions à vue (en anglais ou en français). En outre, les personnes désireuses d’aider les élèves à bénéficier des plaques sont invitées à consulter la page des sponsors du site Web, qui explique comment faire don de plaques à l’atelier de leur choix, agréé par l’Art Renewal Center. Les sponsors sont récompensés de leur générosité par une ou plusieurs plaques pour eux-mêmes, ainsi que par une mention bien visible sur la page de couverture du portfolio et sur le site web du projet.

Une telle magnanimité nous rappelle que les plaques Bargue ne sont pas seulement des objets de désir captivants, mais aussi des outils pédagogiques efficaces qui peuvent encore avoir un impact sur l’avenir de l’art. À titre d’exemple, on peut voir ici une enseignante de l’Académie des arts de Florence, Dasha Belokrylova, qui utilise l’une des nouvelles plaques pour inspirer ses étudiants.

Ce projet mérite d’être célébré, alors félicitations à toute l’équipe du projet, et bonne collecte pour le reste d’entre nous.
Membres de l’équipe Bargue Encore : Genta Plasari, Pierre Alloueteau, Anki Eriksson Graves et Daniel Graves.

Informations : fineartlithography.com/fr. Chaque plaque coûte 149 dollars, et certaines bénéficient encore d’un prix réduit de 115 dollars en précommande (les œuvres sont en fait vendues en euros et les valeurs citées ici reflètent le taux de change au 6 avril 2021).

Peter Trippi est rédacteur en chef de Fine Art Connoisseur.